Financer son développement

Développer sa franchise est complexe, et ne doit surtout pas être pris à la légère. Il ne faut pas sous-estimer l’importance de la méthodologie, dans la recherche et la sélection des franchisés, en proposant le concept à qui veut l’entendre, ou au premier investisseur venu, en quête de profit égoïste. Non !

Développer sa franchise, c’est avant tout trouver les collaborateurs qui formeront une petite famille. Il faut les séduire avec le concept, éveiller leur intérêt. Cela ne s’arrête pas là : il faut également les sélectionner sur des critères professionnels, financiers, et surtout de savoir-être. Cette tâche aussi complexe qu’importante, ne peut être accomplie que par un développeur expérimenté qui possède les qualités nécessaires.

 

De la sélection à la signature du contrat, en passant par la présentation du concept, la recherche d’un local ou l’élaboration du business plan, le développeur aura porté la casquette de commercial, recruteur, agent immobilier, marketer, comptable, autant de métiers réunis en un seul homme. Pour une signature il aura rencontré des dizaines de candidats, appelé une centaine de personnes et envoyer de nombreux mails, un travail à temps plein.

 

Peu de franchiseurs ont les moyens de recruter un tel collaborateur, surtout en période de démarrage. Dans ces cas là, le franchiseur lui-même se charge du développement. Comme si, inventer un concept, former l’équipe du « point de vente mère » et en faire l’animation ne suffisait pas, il faudrait qu’à cela s’ajoute tout le travail du développeur ? Impossible.

 

La solution qui s’impose d’elle-même face à cette difficulté est la sous-traitance du développement. C'est-à-dire faire appel à un professionnel extérieur à l’entreprise qui va prendre en charge toutes les étapes du développement.

 

En sous-traitant le développement, le coût ne se résume plus qu’aux frais de publicité, déplacement et à la commission du développeur mandaté.

 

La limite de cette solution est lorsque le coût de l’expert dépasse le coût du salaire qui serait versé au développeur en interne. Mais ce cas de figure ne se présente qu’une fois le développement bien parti avec 8 à 10 nouveaux franchisés par an, à ce moment là, le financement ne sera plus un problème et le recrutement d’un développeur sera possible.

 

Sous-traiter le développement est la meilleure solution pour les jeunes réseaux pour des raisons financières et de gain de temps, certes, mais pas seulement. Une franchise qui se développe vite et efficacement est plus attrayante et crédible aux yeux des candidats qui voient en elle un réseau solide.

 

Le cabinet GDH Franchise Développement spécialisé dans le conseil, le développement et l’animation de franchise, propose aux franchiseurs de développer leur réseau. Nos consultants réalisent les outils de communication nécessaires et accompagnent les candidats dans toutes les étapes jusqu’à la signature du contrat et l’ouverture du point de vente.

 

Pas de signature, pas de facture. Le paiement se fait uniquement sur commission après signature du contrat. C’est un système idéal pour les franchises à l’aube de leur développement : minimiser les dépenses en optimisant les résultats. Voila ce qu’est le cabinet GDH Franchise Développement.

 

Damien Gratepanche, Consultant Associé

Cabinet GDH Franchise Développement